Ramonage de cheminée : ce qu’il faut savoir [MAJ]

Les arbres changent de couleur, les températures baissent et l’envie de faire un bon feu de cheminée se fait sentir. Mais pas de feu sans ramonage : les risques sont importants et vous enfreindriez la loi.

Lorsque l’on pense au ramonage, l’image du petit ramoneur, tout vêtu de noir, vient immédiatement en tête. Image quelque peut obsolète diront certains. Et pourtant ! Les ramoneurs, s’ils ont changé de costume, utilisent toujours le « hérisson », cette brosse ronde fixée au bout d’un manche. Le métier en lui-même a perduré au cours des siècles pour une raison simple : le ramonage est nécessaire pour assurer la sécurité d’une cheminée. Il s’agit même d’une contrainte légale : ramoner sa cheminée est une obligation à laquelle nul ne peut se soustraire, faute de quoi, il enfreindra la loi.

Les différents types de ramonage

–        Le ramonage mécanique

Le ramonage mécanique consiste à ramoner les conduits de cheminée à l’aide des fameuses brosses hérisson.
Cette technique est la seule permettant un nettoyage de qualité du conduit.
Elle consiste à passer plusieurs fois le hérisson sur toute la hauteur du conduit et à récolter les dépôts à l’aide d’un aspirateur. La paroi intérieure du conduit est ainsi libérée des suies grasses et des dépôts dus à la combustion du bois.

–        Le ramonage chimique

Ce ramonage s’effectue avec des produits que l’on jette dans le feu, les « bûches ramoneuses », qui, par l’action de produits chimiques, sont censées ramoner les conduits de cheminée. Ces bûches sont disponibles à la vente en grandes surfaces. S’ils peuvent constituer une aide au ramonage mécanique en fragilisant les dépôts, ces produits ne peuvent en aucun cas s’y substituer.

Dans certains cas, ils présentent même un risque de vieillissement accéléré des matériaux utilisés pour les conduits. Mieux vaut donc vous en tenir au ramonage mécanique.

La règlementation

Le ramonage est une obligation légale imposée par le RSDT (Règlement Sanitaire Départemental Type) et qui varie selon votre installation.

Les cheminées doivent ainsi subir deux ramonages par an, l’un pendant la période d’utilisation de la cheminée et l’autre avant ou après.

Cette opération doit impérativement être réalisée par un professionnel agréé, qui délivre un certificat de ramonage précisant le ou les conduits ramonés et attestant de la « vacuité » du conduit sur toute sa longueur. Il est important qu’il soit bien spécifié que le conduit est ramoné sur toute la longueur pour que votre assurance considère le ramonage comme effectué intégralement et n’invoque pas le défaut d’entretien.

Que risque-t-on en cas de mauvais entretien ?

Aux termes de la loi, aucune sanction financière n’est prévue en cas de non entretien de sa chaudière. En revanche, votre responsabilité reste engagée, en cas d’incendie par exemple. Dans cette hypothèse, votre responsabilité civile ou même pénale est en jeu.

A noter également que les procédés de ramonage chimique ne sont pas pris en compte par le règlement sanitaire et ne peuvent remplacer le ramonage par action mécanique.

Avantages d’un entretien régulier

  • Il génère des économies d’énergie en évitant la surconsommation engendrée par le dépôt de suie, goudron ou cendre
  • il permet de réduire les risques d’intoxication
  • il participe à la lutte contre la pollution en réduisant les émanations toxiques
  • il réduit les risques de feu de cheminée.

Le ramonage est ancestral certes mais ses actions sont bel et bien ancrées dans notre époque.

 A EVITER : le bois traité

Se chauffer avec du bois traité (vernis, peint, contenant du fongicide ou insecticide) ou du bois de palette traitée (EPAL NIMP 15) provoque des émissions toxiques pour la santé. Dès lors, vous allez endommager votre conduit. Au-delà des risques sanitaires, les dégâts causés ne seront pas pris en compte par l’assurance.

Article édité le 28 octobre 2011, mis à jour par G. LETHENET le 14 mars 2013.

Ramonage de cheminée : ce qu’il faut savoir [MAJ]

Lectures connexes Vous pouvez laisser un commentaire, ou effectuer un trackback depuis votre site.

5 commentaires pour “Ramonage de cheminée : ce qu’il faut savoir [MAJ]”

  1. cheminée moderne dit :

    Joli travail, le blog est très intéressant !

  2. ramonage dit :

    Eh oui, on oublie souvent que le ramonage est obligatoire! avec le risque, en cas d’accident, de ne pas etre couvert si le ramonage n’a pas ÉTÉ effectué…

  3. Ramonage cheminée Bruxelles dit :

    Article très intéressant merci pour ces conseils

  4. Cheminee dit :

    Oui c’est important de dire que le ramonage n’est pas qu’une question de SECUrite mais c’est aussi une question d’economie d’energie et de Durabilite de l’installation

  5. Fabian Jacobs dit :

    L’utilisation de l’aspirateur dans le ramonage est très efficace

Laisser un commentaire

crook