Détecteur incendie : utile ou pas ?

faut-il installer un daaf

L’installation des détecteurs incendie, initialement obligatoire pour tous les propriétaires à partir du 8 mars 2015, est finalement repoussée au 1er janvier 2016 pour les gros bailleurs sociaux suite à un amendement de la loi Macron. Au-delà de cet imbroglio, certaines voix s’élèvent pour protester contre ce dispositif. A tort. Tendance-travaux vous explique pourquoi.

Inscrite dans la loi Morange de 2011, l’obligation d’équiper son logement d’un détecteur-avertisseur autonome de fumée (Daaf) prendra effet à partir du 8 mars 2015. 4 ans donc que ce texte a été voté. 4 ans que tout le monde savait que cet équipement de protection devait être impérativement installé à cette date. Mais comme trop souvent, tout le monde s’y est pris à la dernière minute. Résultat : des gros bailleurs qui ont dormi pendant 4 ans avant de se réveiller il y a quelques mois seulement, entraînant une ruée vers des fournisseurs trop peu nombreux et incapables de fournir en quantité suffisante. Un amendement de la loi Macron, votée le 6 février dernier, a alors soulagé les gros bailleurs : l’installation obligatoire était repoussée au 1er janvier 2016 à condition que la commande (ou la preuve d’achat) soit effectuée avant le 8 mars 2015.

Mais Sylvia Pinel, ministre du Logement, a réaffirmé qu’il n’y avait pas « de remise en cause de la date du 8 mars. Tous les logements doivent être équipés de Daaf d’ici cette date. » Une manière de rappeler que l’installation d’un détecteur incendie est capital pour sauver des vies. Ou tout simplement un nouveau couac au niveau de la communication gouvernementale. Au choix.

Quand certains dénoncent un dispositif qui sauve des vies…

Toujours est-il que parallèlement à cet imbroglio juridique, des voix s’élèvent, notamment sur  les réseaux sociaux, pour protester contre la mise en place de ce dispositif. A commencer par Stéphane Soumier, journaliste à Europe 1 et BFM Business, qui a écrit un édito sur le sujet.

Dans celui-ci, Stéphane Soumier dénonce « une petite opération de racket, que l’on doit devoir à quelques lobbys influents dans le besoin ». Le journaliste poursuit : « On n’allait pas se refuser une petite norme à plus d’1 milliard, hein ? » Au passage, il estime que « c’est toute l’ambiguïté des normes absurdes. Comme vous vous croyez protégé, vous prenez des risques que vous ne prendriez pas normalement. Mais comme les systèmes dysfonctionnent (parce que plus personne n’a peur), les risques redeviennent réels. »

Ces propos, s’ils alimentent le débat (et il en faut dans une démocratie), doivent être néanmoins relativisés et pris avec un certain recul. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : entre 800 et 1 000 personnes décèdent dans un incendie domestique chaque année en France. Avec l’installation d’un ou plusieurs détecteurs incendie, l’alarme se déclenche dès que de la fumée est détectée. Le dispositif sauverait alors des centaines de vie chaque année, surtout que la très grande majorité des décès est due à une intoxication suite aux émanations de fumée. Lorsque l’on sait que 30% des incendies interviennent la nuit pendant le sommeil des occupants et causent 70% des décès, l’installation d’un détecteur incendie serait ainsi salvatrice, non ?

Par ailleurs, le blogueur fait un peu volontairement dans la provocation en déclarant « Ah oui, mais vous comprenez ce sont les pompiers qui doivent prendre des risques après. Parlons-en. Ils dépriment les pompiers. Vous ne le savez pas ? A peine 8% de leurs interventions sont consacrées au feu. En fait, il est en train de disparaître de notre environnement, l’incendie. »

Ici, le problème n’est pas de connaître le pourcentage de sortie des pompiers en lien avec un incendie, mais surtout de savoir le nombre de vies qu’il sauve !

Infographie : ©Technitoit

60 % de décès en moins avec un détecteur incendie

Mais poursuivons la réflexion. Une étude publiée par la Fédération française des métiers de l’incendie (FFMI) révèle que dans les pays où il a été rendu obligatoire, le détecteur de fumée a réduit de 60% le nombre de victimes d’incendies domestiques. 60 % ! Chaque année, en France, entre 500 et 600 personnes pourraient ainsi être sauvées grâce à l’installation d’un Daaf. Comment peut-on alors semer le doute en argumentant le contraire et en sous-entendant que l’on ferait moins attention si un détecteur était installé dans notre logement ? Si un feu se déclare, l’alarme se déclenche, point ! L’obligation d’installer un Daaf est donc une excellente chose. Surtout lorsque l’on se rappelle comment cette initiative est née.

Les incendies domestiques tuent 2 à 3 personnes par jour en France

Chaque jour, en France, les incendies domestiques ont des conséquences dramatiques. Entre 800 et 1000 personnes y meurent chaque année en France, soit 2 à 3 personnes par jour. Sans occulter un autre chiffre éloquent : plus de 10 000 blessés.

Un exemple flagrant : 4 personnes ont été sauvées dans la Marne dans la nuit du 1er au 2 mars 2015 grâce à leur détecteur de fumée qui a donné l’alerte. Elles ont pu quitter les lieux à temps pour éviter d’être asphyxiées par la fumée. Preuve une nouvelle fois que le Daaf a une utilité capitale.

 

Une loi initiée par une mère en deuil

Comprise dans la loi Morange de 2011, l’obligation d’équiper son logement d’un Daaf a été initiée par Josiane Bosycot. Ce nom ne vous dit certainement rien et pour cause : elle n’est pas un personnage public, encore moins une femme politique. Cette mère de famille a perdu sa fille il y a 13 ans dans un incendie domestique. « Dans la maison où ma fille est décédée, s’il y avait eu un détecteur incendie, elle aurait pu descendre les escaliers et sortir par la baie vitrée. Ce qui veut dire qu’elle serait là, à côté de moi ». Le drame l’a marqué à jamais. « C’est une vie fracassée. Quand vous perdez un enfant, vous êtes amputé. »

Suite à cette tragique disparition, Josiane Bosycot a contacté deux députés : Christian Blanc et Pierre Morange. Ce dernier a notamment pris les choses en main pour faire avancer la législation jusqu’à donner son nom à la loi de 2011 dans laquelle figure l’obligation d’équiper son logement d’un Daaf. Une mesure essentielle que certains voudraient pourtant remettre en cause alors que celle-ci sauvera des vies. Un comble…

[Conseil du Pro] Où installer un détecteur incendie ?

l'emplacement d'un daaf

Infographie : ©Technitoit

 

[Focus] Saviez-vous que le détecteur incendie est inclus dans notre pack SecuriseToit ? Une offre unique comprenant l’alarme, l’installation et la télésurveillance. Vous pouvez bénéficier en option de l’autosurveillance : vous recevez une alerte sur votre smartphone dès que le Daaf détecte des fumées. Pratique !

Rédigé par Thomas N.

Détecteur incendie : utile ou pas ?

Lectures connexes Vous pouvez laisser un commentaire, ou effectuer un trackback depuis votre site.

Laisser un commentaire