Détecteurs de fumée : comment faire son choix ?

détecteur de fumée

Chaque année, 10 000 personnes sont victimes d’un incendie. Pour tenter de diminuer cette tendance, depuis le 8 mars dernier, toute habitation doit être équipée d’un détecteur de fumée.

Mais connaissez-vous réellement les différents appareils qui existent ? Et lequel correspond à vos besoins ? Tendance Travaux fait le point pour vous.

La loi Morange de 2011 a pour objectif premier de réduire les feux domestiques, notamment ceux de nuit qui représentent 70% des incendies mortels. La législation, votée pourtant en 2010, est aujourd’hui au centre des débats alors que l’obligation d’avoir une alarme incendie à son domicile a d’ores et déjà fait ses preuves à l’étranger. Mais cela suppose, pour être efficace, d’opter pour le matériel adapté à vos besoins.
Il existe de nombreux équipements en la matière. Tour d’horizon.

Rappel de la réglementation en vigueur

Avant tout autre élément à prendre en compte, le détecteur de fumée doit posséder les deux critères imposés par la loi Morange :

  • la norme EN 14 604 qui garantit la fiabilité, la résistance et la durabilité du produit ;
  • le marquage CE certifiant le respect de la législation européenne.

Une fois assuré que ces deux paramètres sont présents, il faut choisir son type de détecteur de fumée. Celui-ci augmente de 90% les chances de survie d’un foyer lors d’un incendie, cette étape n’est donc pas à négliger !

Saviez-vous que pour éteindre un incendie, la première minute, il faut un verre d’eau, la deuxième minute, il faut un seau, mais la troisième minute, c’est une citerne qu’il faut !

 

Les différents types de détecteurs sur le marché

- Détecteurs avertisseurs autonomes de fumée (DAAF) :

Très simples à installer, ces derniers fonctionnent par piles. Nous vous conseillons les piles Lithium qui durent 10 ans contre les Alcalines qui durent seulement 2 ans.
Quoi qu’il arrive, une fois les piles déchargées, le détecteur émettra un signal.
A partir de 10 euros.

- Détecteurs sur secteur : *

Moins pratiques d’installation que les DAAF, ils présentent malgré tout une très forte fiabilité. En effet, ils fonctionneront toujours lors d’une coupure de courant grâce à une pile de secours qui s’active directement. Même si l’électricité est coupée et que l’alarme reste active, il vaut mieux vérifier la durée de vie de la pile de secours, notamment lors d’un départ en vacances…
A partir de 55 euros.

- Détecteurs interconnectables : *

Filaire ou sans fil, le détecteur interconnectable, une fois installé, est relié à toutes les alarmes du bâtiment mais aussi au propriétaire et/ou à un service de surveillance. Une fois activées, les autres alarmes se déclenchent également. Le propriétaire est quant à lui prévenu de l’accident par une application mobile. Des modèles sont également conçus pour fonctionner en wifi.
A la fois esthétique et discret, ce détecteur est cependant moins fiable que les autres détecteurs (DAAF et sur secteur).
A partir de 20 euros.

- Détecteurs domotiques : *

Filaires ou sans fil, ils sont composés de trois éléments :

  1. La centrale : cerveau de l’équipement, où les infos obtenues par les détecteurs sont traitées
  2. Les détecteurs : Par moyen sonore ou vidéo, ils révéleront le problème occasionné
  3. Les interfaces de pilotage : on devient son propre « surveilleur » grâce aux applications mobiles ou logiciels permettant de gérer le système à distance.

Très fiables, ces détecteurs permettent une réactivité éclair. Mais attention, beaucoup de détecteurs domotiques ne respectent pas la norme EN 14604.
A partir de 80 € jusqu’à 250 euros pour du haut de gamme.

- Détecteurs de fumée améliorés pour sourds et malentendants :

Il existe trois types de fonctionnement pour ces détecteurs :

  1. Les faisceaux lumineux déclenchés par le détecteur de fumée
  2. Les alarmes vibrantes avec détecteurs sous l’oreiller
  3. Les alarmes qui envoient des sons à basse fréquence.

Ces derniers (520 Hz) sont mieux captés par les malentendants que des sons à fréquence normales (3000-4000 Hz). La probabilité qu’une alarme à basse fréquence réveille une personne déficiente auditivement est sept fois plus élevée qu’avec une alarme classique.
Selon une étude du journal Ear and Hearing, les meilleurs résultats concernent les vibrations, au contraire des faisceaux lumineux qui ne garantissent pas toujours l’effet escompté.

A noter que certains de ces détecteurs sont compatibles avec les systèmes domotiques et interconnectables.

Un groupe de chercheurs japonais de l’Université de Shiga a développé un détecteur de fumée novateur, basé sur l’odeur, à l’intention des personnes malentendantes. Il déclenche une odeur très forte provenant de la plante du wasabi.
En à peine deux minutes, la personne se réveille. Il faut même compter 10 secondes pour une personne complètement sourde dont l’odorat est plus développé.

A noter que certains de ces détecteurs sont compatibles avec les systèmes domotiques et interconnectables.
A partir de 150 euros.

* Pour ces trois derniers détecteurs, vérifiez bien que les normes de la loi Morange sont respectées car ce n’est pas toujours le cas.

 

Nos astuces :

  • Choisissez un détecteur muni d’un bouton-test pour vérifier le bon fonctionnement de l’alarme
  • Si vous possédez un logement vaste, optez pour le détecteur interconnectable
  • Si vous possédez des pièces humides et poussiéreuses, adoptez un détecteur de chaleur. Il se mettra en marche à plus de 50° pour ainsi éviter le déclenchement intempestif de l’alarme.
  • Ne choisissez pas un détecteur ionique : dangereux pour la santé, ils sont maintenant interdits depuis 2011. Pourtant considérés très fiables, leur fonctionnement repose en partie sur des produits radioactifs.
  • Etant la cause de nombreux accidents, les fuites de gaz ne déclenchent pas les détecteurs de fumée. Il faut pour cela se munir d’un détecteur de fuite de gaz.

 

[Conseil du pro] Une fois le choix de votre détecteur réalisé, il ne vous restera plus qu’à définir où l’installer ?

[Focus] Certains systèmes d’alarme inclus également le détecteur de fumée dans sa configuration ou en option. C’est le cas notamment de la solution SecuriseToit proposée par Technitoit. Inutile donc d’investir dans un système coûteux, tout est inclus, avec les alertes sur votre mobile !

Rédigé par Victor C. le 03/04/2015.

Détecteurs de fumée : comment faire son choix ?

Lectures connexes
  1. Détecteur incendie : utile ou pas ?
  2. L’alarme, un incontournable pour la sécurité de votre habitation
  3. Comment sécuriser sa maison contre les vols … sans alarme ?
Vous pouvez laisser un commentaire, ou effectuer un trackback depuis votre site.

Laisser un commentaire


7 × deux =