Ardoise naturelle ou ardoise synthétique : que choisir pour ma maison ?

Votre toiture en ardoise est en piteux état, vous devez donc la remplacer. Mais par quel matériau ? Dois-je rester à l’ardoise naturelle ou passer à l’ardoise synthétique ? Des questions auxquelles nous tentons d’apporter une réponse ici.

Avant de choisir vos ardoises, renseignez-vous auprès de la mairie pour connaitre la réglementation locale. Il se peut qu’on vous impose un type et un coloris d’ardoise.

¤ L’ardoise au naturel

Les ardoises naturelles sont issues en général des carrières de schiste ardoisier. Ces roches sont débitées en plaque régulières plus ou moins fines, et sont de couleur noire. A l’origine, la formation des ardoises s’est faite lors de l’enfouissement de couches d’argiles qui ont été compressées à de très hautes pressions lors de la formation d’une chaîne de montagne. Elle sont extraites essentiellement en Europe : Espagne, France (Anjou), Pays de Galles. Mais également en Amérique du Sud, du Nord (Canada, seule homologuée pour la France) et en Asie. Il faut 5 étapes pour aboutir à l’ardoise de toiture d’où son surcoût face à une ardoise artificielle.La couverture des toitures est un artisanat spécial, difficile et complet, surtout avec l’utilisation des ardoises et le travail du zinc qui en est le complément obligé. Leur fixation, en rénovation, est à adapter selon le positionnement des chevrons. Ils sont fixés à plat. La pose et l’alignement des crochets doivent permettre de créer une pente de 3 à 5 mm par mètre. Imperméable à la pluie grâce à leur très faible porosité, les ardoises naturelles résistent mieux aux assauts du temps que les tuiles fibro-ciment. On les trouve sous des couleurs et nuances : bleu/gris/bleu noir/vert/violine à la lumière, et des formes différentes rectangle, carré, écaille, ogive, rombo, lauze etc.

¤ Le synthétique, c’est économique

L’ardoise naturelle étant de plus en plus chère, on trouve aujourd’hui des ardoises artificielles, à base de fibres-ciment (ardoise fibro), sans amiante (depuis 1997), peintes en surface. Elles sont composées de fibres organiques de haute qualité, d’additifs minéraux, de ciment et d’eau. Leur face apparente, lisse ou structurée, est constituée d’une couche d’usure anti-mousse extra pigmentée, sur laquelle est appliquée un coating (3) acrylique coloré. De même, les chants sont traités spécialement avec ce coating et le dos est protégé par une couche d’imprégnation bouchant les pores.  Les ardoises en fibres-ciment sont donc à la fois très robustes, ingélives(2), imputrescibles(4) et légères.
Grâce à leur qualité et à leur montage simple et rapide, il est possible de réaliser une finition créative, techniquement et économiquement justifiée. Il existe également des modèles colorés, une grande palette de dimensions, de formes et teintes, leur permettant de s’intégrer dans le respect de l’architecture de la région.

En conclusion :
Faire le choix de l’ardoise naturelle, c’est investir dans un matériau écologique et durable qui demandera moins d’entretien avec le temps. Sa durée de vie est de l’ordre de 70 à 300 ans avec un entretien régulier de type nettoyage haute pression et hydrofugation. Attention toutefois aux ardoises d’Espagne contenant beaucoup de pyrite de fer qui génère des coulées de rouille sur la toiture avec le temps. Préférez l’ardoise française, plus chère mais contenant moins de pyrite.
Si le prix est un facteur déterminant, l’ardoise fibro est le choix par défaut. Ce matériau a un aspect  moins naturel surtout en vieillissant. Son principal avantage, c’est qu’une application hydrofuge lui redonne sa vigueur pendant 10 ans pour un moindre coût.
Pour le respect des réglementations DTU (5), il est préférable de faire intervenir un professionnel de la toiture car celui-ci pourra vous conseiller sur la pose d’isolant ou de pare-pluie en sous-toiture au moment de la rénovation.

[focus] En matière de rénovation de toiture, si vos ardoises ne sont pas trop altérées par le temps, et si votre toiture ne nécessite pas un remplacement complet, il est bien plus économique de procéder à un nettoyage haute pression, de remplacer les quelques ardoises défectueuses et de finaliser avec l’application d’un hydrofuge Technitoit. N’hésitez pas à faire appel à nos conseillers pour une étude de prix.

[Conseil du pro] Afin d’éviter toute remontée capillaire entre les ardoises, on placera des crochets bosselés pour les ardoises artificielles (surface plane) et des crochets non bosselés pour les ardoises naturelles ou structurées.

 

A EVITER : Négliger la charpente

Changer la couverture de votre toiture nécessite de vérifier l’état de votre charpente. En effet, les insectes et larves xylophages peuvent s’y loger. Seul un traitement réalisé par un professionnel pourra vous débarrasser des hôtes indésirables. Demandez conseil à Technitoit : le devis est gratuit.

 

(1) Poreux, se dit d’une roche lorsqu’elle est légère, souvent friable, formée de trous ou dépôts volcaniques ou calcaires
(2) gélive, qui peut se fendre ou s’effriter par l’effet du gel
(3) coating, revêtement pour la protection de la surface
(4) imputrescible, qui ne peut pas se putréfier, se corrompre, pourrir.
(5) DTU : le document technique unifié (DTU) est un document applicable aux marchés de travaux de bâtiment en France.

 

Articlemis à jour en janvier 2017.

Ardoise naturelle ou ardoise synthétique : que choisir pour ma maison ?

Lectures connexes Vous pouvez laisser un commentaire, ou effectuer un trackback depuis votre site.

4 commentaires pour “Ardoise naturelle ou ardoise synthétique : que choisir pour ma maison ?”

  1. Jean-Paul dit :

    C’est vrai que si l’on a pas de limite précise en termes de budget, l’ardoise naturelle reste la référence. Merci pour la mise en garde concernant l’ardoise venue d’Espagne.

Laisser un commentaire