Isolants naturels, tour d’horizon et nouveautés [MAJ]

Bien isoler son habitation est le point de départ de toute amélioration de la performance thermique. Pourtant dans la jungle des isolants, difficile de s’y retrouver et de faire le bon choix. La tendance du moment serait de s’orienter vers les matériaux dits « écologiques » ou « naturels ». Avant de faire son choix, de nombreux paramètres sont à prendre en compte, tels le type d’ #isolation (intérieure, extérieure), le matériau support, la conductivité, la résistance et l’inertie thermique, ou l’effusivité des matériaux.

Officiellement, il n’existe pas de définition pour les isolants naturels. Le ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer (MEEDDM) désigne, uniquement depuis 2010 les matériaux bio-sourcés « d’ordinaire ceux d’origine végétale ou animale ». Une vaste étude est en cours pour identifier les obstacles au développement économique de la filière mais aujourd’hui rien ne permet de bien différencier un isolant bio-sourcé d’un isolant naturel ou écologique. Tout est affaire de marketing !

Voici donc une proposition de classification de ces isolants dits « naturels », également appelés éco-matériaux (à ne pas confondre avec les bio-matériaux) :

 

¤ Les isolants d’origine végétale

  • le liège, obtenu à partir du chêne liège permet  de réaliser un isolant particulièrement polyvalent et résistant à l’humidité, à la compression, aux insectes et est très efficace. Distribué en granulé simple ou expansé et en panneaux
  • le bois, choisi à partir d’essences naturellement durables peut se présenter sous de nombreuses formes d’isolant, en fibres, en laine isolante semi-rigide ou panneaux de fibres
  • le chanvre, plante de grande culture n’utilisant aucun herbicide, insecticide ou fongicide. a une conductivité thermique faible. Cette fibre creuse est l’une des fibres végétales les plus solides. Le chanvre n’attire pas les rongeurs. Il est commercialisé sous forme de panneaux semi rigides, de rouleaux ou en vrac. Mélangé à de la chaux, il permet de réaliser des dalles isolantes allégées ou des enduits isolants.
  • le lin, cultivé principalement pour ses fibres souples, élastiques et creuses, qui peuvent emmagasiner une quantité d’eau équivalente à sa masse sèche, ce qui en fait un bon régulateur hygrométrique. Il est utilisé sous forme de laine (en rouleaux), de panneau (mélangé à du chanvre et du polyester issu du recyclage) ou en panneau acoustique
  • la paille, partie de la tige de certaines graminées utilisées soit en tant que fibres (en torchis), soit en tant que bottes dans les murs porteurs ou ossature bois. Existe également en vrac à partir de paille de lavande recyclée et broyée.
  • les panneaux de roseaux* offrent une efficacité thermique moyenne. Toutefois, leur souplesse permet de suivre la forme et l’inclinaison des murs au plus près. On les emploie surtout pour une isolation thermique extérieure, sur parois verticales et rampantes ou toitures
  • la fibre de coco*, provient des fibres entourant la coque des noix de coco. Elle est principalement constituée de cellulose et se révèle donc très efficace, saine et naturelle. Elle est vendue en vrac, en panneaux, rouleaux ou en feutres, pour l’isolation phonique.

* Ces isolants, de par la nécessité d’importer leur matière première, n’ont pas un bilan carbone très avantageux, et sont donc assez peu vendus en métropole.

 

¤ Les isolants d’origine animale

  • la laine de mouton, dont les poils de mammifères sont les seuls isolants thermiques produits en tant que tel par la nature. Les écailles qui recouvrent sa fibre centrale s’adaptent en permanence aux variations du climat, ce qui lui permet d’emprisonner de l’air ou de l’eau au gré des aléas climatiques. Se trouve essentiellement en rouleaux.
  • les plumes de canard, sous forme d’isolant comptent en fait 70% de plumes, 10% de laine de mouton et 20% de fibres synthétiques qui assurent la consistance et la densité de l’ensemble. Elle sont sensibles au feu et se trouvent en rouleaux ou panneaux.

 

¤ Les isolants issus de matériaux recyclés

  • la ouate de cellulose est issue du recyclage du papier (journaux, déchets d’imprimerie), lequel est broyé, défibré, malaxé puis traité afin de résister aux agressions du feu, des insectes et rongeurs. C’est aussi un bon régulateur hygrométrique, puisqu’elle peut absorber jusqu’à 15% de son poids en humidité. Disponible en vrac ou en rouleaux
  • la fibre textile est transformée en éco-matériau d’isolation, et ce, grâce aux qualités acoustiques, thermiques et hygrométriques des fibres textiles. Une fois triés selon leur matière, ces vêtements sont découpés, hachés et défibrés,puis mélangés à des fibres thermofusibles pour constituer des panneaux ou des rouleaux isolants.
  • la laine de coton, très perméable à la vapeur d’eau, elle est un bon régulateur hygrométrique. Veiller cependant à ce qu’elle soit issue de matériaux recyclés car la production de coton est très polluante. Elle est disponible en vrac, en rouleaux, feutre et plaques.

 

¤ Les isolants en devenir

Malheureusement, en matière d’isolation, on a quasiment fait le tour des produits dits naturellement isolant. On doit se tourner du côté de la recherche pour trouver des produits dont le pouvoir isolant prime sur leur valeur énergétique grise.

  • Greensulate est un isolant entièrement naturel, composé de sous-produits agricoles comme les bavures de coton, les coques de sarrasin ou bien encore les résidus de mais. Greensulate n’est pas un produit fabriqué industriellement mais un isolant qui pousse et prend forme naturellement, dans l’obscurité et dans un silence quasi religieux.  L’ingrédient secret de ce produit ? Le champignon.
  • L’isolation Ecographite®, carbone expansé , composé de billes de graphite de 0.7 à 3 mm de diamètre, particulièrement recommandé pour isoler des espaces entre cloisons, sous parquets entre lambourdes, et en déversement vertical ou horizontal car la bille est extrêmement fluide et ne se tasse pas dans le temps. Extrêmement léger : 16kg/m3. Il est imputrescible, hydrophobe insensible aux moisissures et champignons
  • La brique en terre cuite, est un matériau de construction qui peut avoir des performances thermiques exceptionnelles, tel le Porotherm®, en mur de 20 cm d’épaisseur qui se pose en Maçonnerie Roulée®.
  • Les mousses projetées qui assurent simultanément l’isolation thermique, l’étanchéité à l’air de l’enveloppe du bâtiment et un notable confort acoustique. L’Icynene® par exemple, composée de 99 % d’air, est utilisée en neuf comme en rénovation, ou l’Isothentic® utilisée comme isolation thermique par l’extérieur.
  • Les matériaux à changement de phase, (MPC) se liquéfient au-delà d’une certaine température en absorbant les calories de l’atmosphère ambiante et les restituent lorsque la température baisse. Si plusieurs fabricants commercialisent dès à présent des produits incluant des MCP (panneaux de 5 mm), le CSTB estime cependant que quelques points particuliers doivent encore faire l’objet d’améliorations et de recherches spécifiques.

 

[Focus] Pour définir un isolant dit « naturel » il faudra aussi prendre en compte d’autres éléments non négligeables pour le considérer «écologique », comme les ressources nécessaires à sa fabrication, sa livraison, sa mise en œuvre, mais aussi sa dépose, sa destruction ou son recyclage. Les étiquettes énergies, obligatoires courant 2012, devraient vous aider à vous y retrouver …

[Le conseil du pro] En matière de rénovation, il est vivement conseillé de faire appel à un expert en performance thermique pour déterminer quelles seront vos priorités en fonction de l’état de l’habitation, des matériaux utilisés, des ponts thermiques à traiter, …et de votre budget ! Technitoit propose un devis gratuit.

 

A EVITER : choisir un isolant naturel sans prendre en compte l’aspect écologique

Demandez à consulter les étiquettes énergies qui vous renseigneront sur l’aspect écologique du matériau prenant en compte « l’Energie grise ».

L’énergie grise comprend la quantité d’énergie nécessaire à la production, à la fabrication, à l’utilisation et au recyclage des matériaux et des produits industriels.

 

Sources :

 

Article édité le 3 janvier 2012, mis à jour le 13 juin 2013 par G. LETHENET.

Isolants naturels, tour d’horizon et nouveautés [MAJ]

Lectures connexes Vous pouvez laisser un commentaire, ou effectuer un trackback depuis votre site.

3 commentaires pour “Isolants naturels, tour d’horizon et nouveautés [MAJ]”

  1. Arnaud 3D Mur dit :

    A mon sens, les bio matériaux devraient être obligatoire pour tous ! Dans un soucis de respect de l’environnement, ils ne sont pas assez mis en avant à mon sens, sans parler de leurs réels intérêt pour l’environnement.

Laisser un commentaire

crook