Rénovation : mon installation électrique est-elle aux normes ? (MAJ)

la norme électrique en vigueur

7 millions de logements (1) en France ne répondent plus aux règles de sécurité. Parmi ceux-ci, 2,3 millions d’installations électriques (1) sont même jugées très dangereuses. Ainsi, bon nombre d’installations électriques peuvent s’avérer défectueuses, bien qu’elles respectaient les règles de sécurité lors de leur réalisation. La rénovation d’une installation électrique ne doit donc pas être prise à la légère !

Les risques électriques encourus

Une installation électrique défaillante représente un risque important d’électrisation. On compte en moyenne 4 000 électrisations graves avec une centaine de morts par an. C’est également la cause de nombreux départs de feu : sur 250 000 incendies, 80 000 sont d’origine électrique (1).

Les chocs électriques peuvent avoir plusieurs conséquences sur l’Homme, suivant la puissance de l’installation et la durée du contact :

  • les brûlures internes et superficielles, souvent invisibles
  • les brûlures électrothermiques provoquées par l’apport du courant électrique dans le corps,
  • l’électrocution : électrisation mortelle due à un contact avec trop d’électricité.

Les raisons de ces accidents dans l’habitat peuvent être multiples :

  • l’eau favorise le risque d’électrocution,
  • l’absence ou la défectuosité du réseau de terre,
  • l’absence de protection contre les contacts indirects,
  • les surcharges des circuits, des pièces accessibles d’appareillage sous tensions,
  • l’usure du temps

Pour votre sécurité, il est donc nécessaire de bien respecter les règles élémentaires et notamment la norme électrique en vigueur.

Le contexte réglementaire : le norme NF C 15-100

En France, une norme permet d’encadrer et de réglementer les installations électriques. Cette norme impose ainsi un cadre légal à tout individu réalisant une installation électrique, à des fins de sécurité et de protection des biens et des personnes.

Apparue pour la première fois en 1911, sous l’appellation C11, son titre s’est transformé dans le temps en NF C11, USE 11 et enfin NF C15-100. La première édition de la NF C15-100 apparaît en 1956. Elle est devenue en 1969 (2) la norme toujours en vigueur actuellement : la NF C 15-100 (3). Celle-ci devient ainsi une obligation pour la construction de logements d’habitation neufs, et impose par exemple à cette même date la prise de terre.

Pour s’adapter aux évolutions technologiques et techniques, mais également pour prendre en compte les évolutions des besoins en électricité des Français, comme la multiplication des appareils électriques et ménagers dans une seule et même habitation, la norme NF C 15-100 est régulièrement actualisée et ajoute des amendements à son texte d’origine. Elle est principalement établie pour réglementer toutes les installations électriques basses tensions.

Ainsi, cette norme NF C 15-100 s’impose désormais aux nouvelles installations dans les logements anciens pour :

  • toute installation électrique entièrement rénovée dès lors qu’il y a eu mise hors tension de l’installation par le distributeur à la demande de son client afin de permettre de procéder à cette rénovation.
  • sur demande du maître d’ouvrage, aux installations électriques rénovées partiellement ou dont la rénovation n’a pas donné lieu à mise hors tension par un distributeur d’électricité.

Il convient donc à tout un chacun de prendre connaissance de cette norme avant toute réalisation de mise en conformité.

Quelques dispositions de la norme

Il n’est pas possible de recenser tous les aspects de la norme ici, mais voici quelques unes des dispositions élémentaires à retenir : (3)

1/ Le schéma de l’installation doit être fourni.

2/ Présence du fil de terre à chaque point d’utilisation, même s’il n’est pas utilisé
Ce fil apporte une sécurité complémentaire contre le risque d’électrisation.
Sur l’installation, les câblages doivent respecter les codes couleurs Neutre en bleu, Terre en vert/jaune et pour la Phase, toutes couleurs sauf bleu ou vert/jaune (les fils Neutre et Phase constituent le circuit électrique).

3/ Chaque départ de circuit doit être alimenté sous protection différentielle avec :
Un disjoncteur de 16 A*ou un fusible de 10 A* pour les conducteurs de section 1,5 mm²
Un disjoncteur de 20 A* ou un fusible 16 A* pour les conducteurs de section 2,5 mm²
Un disjoncteur ou fusible de 32 A pour les conducteurs de section 6 mm²
*A = ampère, unité de mesure de l’intensité du courant électrique.

4/ Tout conduit d’installation électrique doit démarrer et finir par une boîte de connexion
(tableau électrique, boîte de dérivation, boîtier saillie, boîtier encastré, boîtier à placo, …)

5 / Tout appareillage à vis et non à griffes (interdit)
Dans le cadre d’une rénovation, dans le cas d’une impossibilité de changer un boîtier non pourvu d’emplacement de vis de fixation, il est autorisé de mettre un appareillage à griffe.

6/ Prise de courant : 2 pôles + terre avec obturateur de protection enfant
A noter qu’une prise de courant dans une salle de bains ne doit être pas posée à moins de 0,60 m d’un point d’eau. Aucun appareil électrique ne doit être placé à moins de 2,25 m d’une baignoire ou d’une douche (sauf le chauffe-eau à accumulation, toléré, et les appareils électriques portant la mention IP x 3).

7/ Un équipement comprenant minimum 4 circuits spécialisés (sauf logement T1) :
1 circuit dédié plaques de cuisson ou cuisinière
3 autres circuits dédiés au choix : four, lave-vaisselle, lave-linge, sèche-linge, congélateur,

8/ Des dispositions particulières en cas de chauffage par radiateurs électriques.
La section des conducteurs en cuivre doit être fonction de la puissance des appareils.

La liste est loin d’être exhaustive. Il est donc important de se référer à des professionnels lorsqu’on se lance dans ce genre d’installation.

Le contrôle de la norme : le Consuel

Une fois votre installation effectuée, il faudra la faire contrôler par un expert, appelé Agent du consuel (souvent dénommé le Consuel).

Le Consuel (Comité national pour la sécurité des usagers et de l’électricité) est l’organisme agréé chargé du contrôle des installations électriques. Il délivre une attestation de conformité (le consuel) exigée par votre distributeur d’électricité (ErDF ou régie locale) avant la mise en service du compteur et le raccordement de votre habitation.

A noter : lors de la vente d’un logement comportant une installation intérieure d’électricité réalisée depuis plus de 15 ans, le vendeur a l’obligation de produire un état de l’installation intérieure d’électricité (4). Sa durée de validité du document est de trois ans.

Même si vous avez quelques notions scolaires d’électricité, se lancer dans une rénovation partielle ou totale de votre installation électrique requiert des compétences minimales. Faire appel à un professionnel reconnu semble la plus sage décision, l’enjeu est souvent vital.

Conseil du pro : pour votre sécurité, les équipements électriques de votre habitation doivent répondre aux normes NF (pour la France) et CE (pour l’Europe). N’oubliez pas également que dès le 8 mars 2015, l’installation d’un détecteur de fumée sera obligatoire.

Focus : pour le conseil et l’installation de vos équipements électriques, tels que des chauffages à inertie, un chauffe-eau thermodynamique ou une pompe à chaleur, n’hésitez pas à faire appel à Technitoit. Devis gratuit.

(1) données 2013de l’ONSE (Observatoire National de la Sécurité des installations Electriques)
(2) Arrêté du 22 octobre 1969 portant réglementation des installations électriques des bâtiments d’habitation
(3) Des guides nominatifs sont proposés par les fabricants d’équipement comme Hager ou Legrand
(4) Article L134-7 du Code de la Construction et de l’Habitation

Article mis à jour en janvier 2016

Rénovation : mon installation électrique est-elle aux normes ? (MAJ)

Lectures connexes
  1. Rénovation : quelles sont les raisons d’adopter le chauffage électrique ? (MAJ)
  2. Réaliser des travaux de rénovation en toute sécurité
  3. Rénovation : attention aux mauvaises surprises (MAJ)
  4. Quels sont les risques d’une rénovation de toiture ?
  5. Le lexique des intervenants de la rénovation (MAJ)
Vous pouvez laisser un commentaire, ou effectuer un trackback depuis votre site.

9 commentaires pour “Rénovation : mon installation électrique est-elle aux normes ? (MAJ)”

  1. [...] 7 millions de logements (1) en France ne répondent plus aux règles de sécurité. Parmi ceux-ci, 2,3 millions d’installations électriques (1) sont même jugées très dangereuses. Ainsi, bon nombre d’installations électriques peuvent s’avérer défectueuses, bien qu’elles respectaient les règles de sécurité lors de leur réalisation. La rénovation d’une installation électrique ne doit donc pas être prise à la légère !(…)  [...]

  2. [...] du conduit et leur contact éventuel avec des matériaux inflammables (comme les isolants).L’état du système électrique dissimule, lui aussi, quelquefois des pièges. Sachez qu’il doit respecter la norme en [...]

  3. [...] électrique et ainsi revoir à la hausse le montant de votre facture énergétique. Mettre votre installation électrique aux normes est aussi un moyen de limiter votre consommation.[Focus] Lors de longues absences, le risque de [...]

  4. emilie dit :

    bonjour je dois refaire l electricité dans ma maison car je n ai pas de prise de terre partout par contre j’ ai un e petite question je crois que j ‘ai des gaine en metal faut il les changer?

    • PascalF dit :

      Les gaines en métal ne sont pas conformes. Le mieux est quand même de faire appel à un électricien, car il est normalement compétent pour vous conseiller et réaliser les travaux de remplacement nécessaires.

  5. ATR dit :

    Bonjour,
    Les gaines métalliques sont conformes
    Les gaines métalliques avec une protection goudronnée ne sont pas conformes.Pour les rendre conforme il suffit de passer du cable(bon courage)sinon il faut la remplacer
    CDT

  6. Electricien dit :

    Si l’installation de l’électricité paraît vétuste, il faut faire intervenir un installateur électricien afin de réaliser une mise en sécurité, voire une mise aux normes de l’installation. A cette occasion, le professionnel peut repérer les matériels usés ou obsolètes.

  7. Electricien Paris 1 dit :

    Certes, l’installation électrique demande un haut niveau d’expertise et de professionnalisme, merci pour l’article, très intéressant.

  8. [...] 7 millions de logements (1) en France ne répondent plus aux règles de sécurité. Parmi ceux-ci, 2,3 millions d’installations électriques (1) sont même jugées très dangereuses. Ainsi, bon nombre d'installations électriques peuvent s'avérer défectueuses, bien qu'elles respectaient les règles de sécurité lors de leur réalisation. La rénovation d'une installation électrique ne doit donc pas être prise à la légère !  [...]

Laisser un commentaire


6 × = six

crook